fbpx

Je suis chialeuse. Je dis pas que c’est correct de l’être, mais je le reconnais, je suis chialeuse. Je l’avoue, je suis la blonde plate qui chiale contre son chum parce qu’il n’a pas fait la vaisselle, et bla bla bla. Étant donné que mon état presque normal est de chialer, cet état m’apporte un lot d’émotions négatives. Je suis souvent mécontente, déçue, parfois en colère,… Rien de très positif.

Et bien, j’ai réalisé que j’avais un comportement de marde (oui, soyons franches). J’ai réalisé que mon malheur venait de moi-même et de mon chialage, du mindset que j’entretenais. Tsé, quand on dit qu’on est responsable de TOUS ce qui nous arrive, bien j’y crois. Tout est dans la façon dont on voit les choix et dans les émotions qu’on choisi d’avoir envers une situation. Mais là, j’ai décidé que c’en était assez, que ça n’était aucunement agréable, ni pour moi, ni pour mon chum. Comme le dit Dale Carnegie dans son livre “How to win friends and influence people”  (Clique sur le titre pour voir le livre. By the way, si tu l’as pas lu, c’est un bijou pour apprendre à rocker tes relations interpersonnelles!!): “Principle 1: Don’t criticize, condemn or complain.”

Ouais, ne critique pas, ne condamne pas et ne te plains pas. Tout le contraire de ce que j’ai l’habitude de faire. Mais fouille moi pourquoi et comment, il y a vraiment eu un déclic dans ma tête et dans ma façon d’agir depuis le début de 2018. J’ai commencé à remercier beaucoup plus pour ce qui est fait que de chialer pour ce qui n’est pas fait. Je remercie mon chum d’aller ouvrir la cour quand il fait -4000 dehors, je le remercie d’avoir fait la balayeuse, je le remercie d’avoir sorti le chien. Et je le fait aussi de plus en plus avec mon fils. Je le félicite pour tout ce que je trouve qu’il fait bien: quand il me demande quelque chose calmement et gentiment, quand il écoute mes consignes, quand il a bien prononcer un mot.

Je me sens vraiment mieux. Je vois le positif plutôt que le négatif. J’entretiens des émotions beaucoup plus agréables et ça amène un cercle vertueux. Mes hommes ont bien plus envie de me rendre service et de m’aider car ils ne se sentent plus toujours réprimandés. Ça amène du positif pour tout le monde.

Toi, es-tu du genre chialeuse??